Au fil de deux EP, deux singles et un album live dépouillé, Puma Blue s'est imposé comme l'un des nouveaux talents les plus vitaux du Royaume-Uni, accumulant tranquillement plus de 50 millions de flux dans le processus et offrant des spectacles à guichets fermés de Londres à Los Angeles et de Paris à Tokyo. Il s'apprête maintenant à renforcer son succès grandissant dans la clandestinité en sortant son premier album tant attendu "In Praise of Shadows" le 29 janvier via Blue Flowers.

In Praise of Shadows" est un pays de rêve délirant où l'on trouve des chants soul, des guitares d'Angelo et des rythmes électroniques étouffés. Ses quatorze titres sont une contemplation sur "l'équilibre entre la lumière et l'obscurité, les choses douloureuses dont vous devez guérir ou que vous devez accepter, qui vous mènent à un endroit meilleur", dit le Puma Blue de 25 ans, de son vrai nom Jacob Allen "Il s'agit de trouver la lumière dans l'obscurité - et de réaliser que c'est ce qui m'a amené ici aujourd'hui.

Le son nocturne de Puma Blue est né d'une décennie au cours de laquelle le jeune homme de 25 ans a souffert d'insomnie, "pendant littéralement une décennie, je n'ai pas pu dormir", explique l'auteur/producteur londonien, acclamé par la critique. Cela explique en partie les "ballades sur boîte vocale" des premiers EP qui l'ont propulsé sur le devant de la scène, "Swum Baby" en 2017 et "Blood Loss" en 2018, ce qui lui a valu la réputation de chroniqueur affectif d'amour non partagé et de bouleversements intérieurs.

L'intimité est toujours présente dans "In Praise With Shadows", mais il y a aussi une nouvelle maturité et une nouvelle lucidité dans la façon dont Allen traite ses démons et célèbre la beauté sur son premier album, influencé sans doute par son parcours de ces deux dernières années, où une romance florissante l'a finalement aidé à s'endormir tandis qu'une carrière florissante a forcé l'auteur-compositeur, jusque-là enfermé dans sa chambre, à se dévoiler, le poussant à trouver de nouvelles perspectives sur la perte, l'amour et tout ce qui se trouve entre les deux.

Le résultat est un album étonnant par son ouverture, des réflexions douces-amères sur les relations passées - "Je n'ai jamais appris à la chérir" se lamente Jacob sur "Cherish (furs)" - aux soliloques purement amoureux comme "Already Falling" ou "Sheets", l'un des moments les plus personnels de l'album, qui emprunte un extrait de la partition de l'Eternal Sunshine of the Spotless Mind de Michel Gondry et le transforme en une chanson d'amour chantante qu'Allen décrit comme "une note très personnelle que vous laisseriez dans la maison pour qu'on la trouve quand vous devez partir tôt". ”

Cette ouverture n'est cependant nulle part plus apparente que sur le single principal "Velvet Leaves", sorti aujourd'hui. Propulsé par un beat hip-hop croustillant et culminant dans des gémissements imprégnés de réverbération rappelant l'une des plus grandes influences d'Allen, Jeff Buckley, le titre explore un incident qui le laisse encore aujourd'hui proche des crises de panique. Il a écrit le beat et les paroles au cours de la même session, tout en canalisant cette expérience dans sa musique.

"Pendant l'été 2015, ma soeur a tenté de se suicider. C'était beaucoup à gérer personnellement et pour nous en tant que famille. J'ai toujours voulu en parler dans une chanson, mais je n'ai jamais eu le langage, tant au niveau des paroles que de la musique, pour aborder un sujet aussi complexe. Puis, l'année dernière, j'ai réalisé que j'avais enfin une façon de faire face à cela", dit Allen. "J'aime à penser qu'elle a fini par être une chanson pleine d'espoir, sur la beauté de la façon dont elle a réussi à la traverser, et nous l'avons tous fait. Mais il y a des éléments de la chanson qui montrent à quel point ce voile est sombre".

La vidéo d'accompagnement de "Velvet Leaves" établit un parallèle entre le sujet de la chanson et la tragédie grecque d'Orphée et d'Eurydice, dans laquelle Orphée voyage "à travers le voile" pour sauver Eurydice des enfers. Dans un film riche d'une magnifique photographie, le réalisateur Harvey Pearson (Sam Smith, SG Lewis) réimagine l'histoire ancienne avec une touche contemporaine, en choisissant Jacob comme un personnage déprimé ressemblant à Orphée et réfléchissant à une tentative ratée de ramener son Eurydice (ici réimaginée comme une sœur, jouée par Mia Gill) de l'au-delà. C'est une réflexion effrayante sur la quasi-défaite qui correspond à la franchise avec laquelle Puma Blue confronte l'émotion dans sa musique.

‘In Praise of Shadows’ tracklist:

1. ‘Sweet Dreams’
2. ‘Cherish (furs)’
3. ‘Velvet Leaves’
4. ‘Snowflower’
5. ‘Already Falling’
6. ‘Sheets’
7. ‘Olive / Letter To ATL’
8. ‘Oil Slick’
9. ‘Silk Print’
10. ‘Is It Because’
11. ‘Opiate’
12. ‘Sleeping’
13. ‘Bath House’
14. ‘Super Soft’